, Le Cac 40, perplexe, opte tout de même pour la hausse

Publié le 10 janv. 2014 à 17:48

Le vortex polaire contraint à l’hibernation jusque sur les marchés financiers. Alors que les opérateurs espéraient que la publication des chiffres officiels de l’emploi aux Etats-Unis pour le mois de décembre allait décanter la situation sur le Cac 40, bloqué depuis le début de l’année dans une bande de fluctuation étroite, ceux-ci sont finalement encore plus désorientés qu’avant tant ces chiffres sont folkloriques.

Le Département du Travail a annoncé que l’économie américaine avait créé 74.000 emplois dans le secteur non agricole le mois dernier, niveau le plus faible depuis janvier 2011. La faute notamment, selon l’administration, à la vague de froid qui a débuté à la mi-décembre. Le taux de chômage aurait pour sa part, dans le même temps, reculé de 0,3 point à 6,7% de la population active, niveau inédit depuis octobre 2008, contre 7% attendu. A noter par ailleurs que le solde des créations d’emplois de novembre a été révisé de 203.000 à 241.000, tandis que celui d’octobre a été confirmé à 200.000.

Selon Adam Sarhan, de Sarhan Capital à New York, interrogé par Reuters, « le plus plausible au regard de certains autres éléments de la statistique », c’est que cette contre-performance s’explique par « un simple accident ». John Canally, de LPL Financial à Boston, estime pour sa part que le marché « va se concentrer sur la baisse du taux de chômage et sur la révision en hausse du chiffre du mois précédent. La Fed y verra un problème lié à la météo. Je ne pense pas qu’elle changera de politique après un seul mois, qu’il soit bon ou mauvais. Elle devrait donc maintenir le cap… » En tout cas, sur le marché des changes, les intervenants ne l’entendent pas de la même oreille puisque le dollar est en baisse par rapport aux principales devises, signe qu’ils tablent sur une remise en question du tapering par la banque centrale américaine. L’euro progresse de 0,44% à 1,3667 dollar.

Parmi les autres statistiques du jour, la Banque de France (BdF) a confirmé sa prévision d’une croissance de 0,5% dans l’Hexagone au quatrième trimestre à l’occasion de sa dernière estimation publiée ce matin. La production industrielle a par ailleurs rebondi de 1,3% en France au mois de novembre après un recul de 0,5%. La production industrielle britannique a quant à elle stagné sur la période, du jamais vu depuis août dernier. La hausse annuelle a ralenti à 2,5%, contre 3,2% en octobre.

A la clôture, le Cac 40, victime collatérale hier de la hausse des rendements obligataires français, reprend 0,6% à 4.250,6 points. L’indice est stable sur la semaine (+0,07%). Ailleurs en Europe, le Footsie londonien prend 0,73%, le Dax de la Bourse de Francfort 0,5%. A Wall Street, le Dow Jones perd 0,3%, le S&P 500 de 0,22% et le Nasdaq Composite de 0,26%.

Dassault Aviation au plus haut historique

En tête du Cac 40, Renault engrange 3,57% à 62,94 euros. Le titre figure parmi les valeurs préférées de Bank of America Merrill Lynch pour le secteur automobile européen, abaissé à l’inverse de « neutre » à « sous-performance ».

Orange gagne 3,11% à 9,469 euros. Après avoir atteint son objectif d’un million d’abonnés dans la 4G à la fin 2013, l’opérateur espère en compter 2 à 3 millions à la fin 2014, écrit latribune.fr en citant Michel Jumeau, directeur du marketing France de l’opérateur.

Le secteur du luxe rebondit alors que Swatch table sur une croissance dynamique en 2014, le directeur général visant une hausse à deux chiffres. En 2013, le groupe suisse a enregistré une hausse de 9,1%, conforme aux attentes, de ses ventes. Le titre avance de 3,55% à Zurich. LVMH reprend 2,32% à 125,8 euros et Kering 1,64% à 145,6.

Capgemini progresse de 2,23% à 50,91 euros. Infosys, la deuxième SSII indienne, a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et relevé le haut de la fourchette de sa prévision de revenus annuels.

A contrario, Legrand plie de 1,17% à 38,445 euros alors que Merrill Lynch a dégradé la valeur de « achat » à « neutre ».

Lanterne rouge du Cac 40, Alcatel-Lucent recule de 4,01% à 3,113 euros. L’action de l’équipementier télécom avait bondi de 242% l’an dernier. Deutsche Bank avait prévenu hier anticiper un ralentissement de la dynamique pour les marges.

En dehors de l’indice vedette parisien, Dassault Aviation monte de 1,69% à 962 euros, un nouveau plus haut historique. Le ministère de la Défense a annoncé un investissement de 1 milliard d’euros pour la modernisation de l’avion de combat Rafale, qui équipe l’armée de l’air et la marine. Thales (+1,23% à 47,725 euros) participera à ce programme pour ce qui concerne les systèmes de guidage laser pour un montant de 119 millions d’euros.

Cet article, qui traite du thème « Marketing Aviation », vous est délibérément offert par grayaviationmarketing.com. La raison d’être de grayaviationmarketing.com est de parler de Marketing Aviation dans la transparence la plus générale en vous procurant la visibilité de tout ce qui est publié sur ce sujet sur le web La chronique a été générée de la manière la plus honnête que possible. S’il advenait que vous projetez d’apporter quelques notes concernant le domaine de « Marketing Aviation » vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans peu de temps, on mettra en ligne d’autres informations pertinentes autour du sujet « Marketing Aviation ». Ainsi, consultez régulièrement notre site.